Rejoignez-nous sur Inscrivez-vous à la Newsletter
Culture/Hommes célèbres

César Verdier


César Verdier

Fils d'un chirurgien, naquit à Morières le 24 juin 1685, alla, après ses humanités, étudier l’art opératoire d’abord à MONTPELLIER, ensuite à Paris, où il suivit les cours de DUVENEY et ceux d’ARNAUD qui lui confia le soin de ses préparations anatomiques.
Attaché à l’amphithéâtre de PETIT, il fut en état d’obtenir, en 1724, la maîtrise de la communauté de St Côme. Devenu, l’année suivante, démonstrateur royal d’anatomie grâce au crédit de Mareschal, premier chirurgien du roi, il remplit avec distinction les fonctions de cette place pendant 25 ans, et donna sa démission en faveur de Sue peu de temps avant sa mort qui fut causée par un catarrhe suffocant, à Paris, le 19 mars 1759.
Il avait été admis, en 1731, au nombre de l’Académie royale de chirurgie de Paris : désigné pour remplacer Petit à l’Académie des Sciences, il refuse par modestie cet honneur.

Il a laissé :
1- Abrégé du corps humain, où l’on donne la description courte et exacte des parties qui le composent, avec leurs usages. On l’a traduit en allemand (Hambourg, 1744) et en anglais (Londres, 1750).
2- Quelques Mémoires insérés dans le recueil de l’Académie royale de chirurgie, parmi lesquels on distingue surtout ses Recherches sur la hernie de la vessie, accompagnés d’une planche anatomique ; une observation sur une matrice pétrifiée ; une observation sur une plaie au bas ventre, avec des remarques sur la ligature de l’épiploon ; une autre sur une plaie à la gorge.
3- Une édition, avec les notes, de l’Abrégé de l’Art des accouchements publié en 1609 et composé par Louise Bourgeois (Madame Boursier du Coudray), sage femme de la reine Marie de Médicis.
4- On attribue à VERDIER un traité de phlébotomie, revu et corrigé par Martin